Altercrea.org

Expositions & Ressources

logo-minumig

Entre deux tranches de pain, avec ou sans salades, les midis numériques se déroulent une semaine sur deux, le mardi.

C’ est le lieu de rencontres informelles où l’on aborde nos différentes approches et où l’on échange autour de nos expériences ou inexpériences des outils numériques dans notre pratique professionnelle..

L’idée : créer une parenthèse se retrouver autour d’une problématique choisie (et il y en a !!!)

Chacun apporte son éclairage, ses questions, ses retours d’expériences et ses intentions où envies… C’est un peu l’auberge espagnole !

midinumig

 

Dans ma longue carrière, j’ai croisé pas mal de geeks : des frimeurs, des soulants, des modestes, des… très chiants ! mais aussi des sympas avec qui la pause café est un moment où on est pas forcément entrain de se torturer ou de se la raconter. On lâche le clavier 5 mn, on tape la discute en rangeant le sérieux sur l’étagère de droite (en haut à gauche, non ?)

Parfois on trouve même des solutions ou des bidouilles entre deux, mine de rien… Pour un truc sur lequel on sèche depuis un moment.

Ça fait pas mal un peu d’humanité en plein milieu de la révolution numérique qui fini par nous gaver quant à l’écoute de certains, même les tire-bouchons doivent pouvoir afficher un EBM (Ecran Bleu de la Mort – merci Bill et ses potes).

J’en connais un qui pense parfois à ranger le clavier pour aller taquiner le gardon et autre bugs à écailles…

Donc, un p’tit croxel pour Loïc avec qui j’ai bossé un temps à Loudun.

 

sur une idée de Véro

sur une idée de Véro ( une autre geek !)

Hier matin, les yeux un peu dans le vague, j’ai allumé la radio… Tiens, France Inter, bon, je prends, passent les nouvelles où les odeurs de religions économiques et de langue de bois envoyées à un rythme soutenu… Tout ça parait peu réel et peu compatible avec une mise en route des neurones un peu embuées, j’allais donc éteindre, quand j’entends qu’un certains ancien Président sera l’invité dans quelques minutes. OK, plus d’hésitation, je coupe.

En fin de journée, les relents de ce qu’à vomis l’ex remontent avec insistance dans les différents médias. Je crois que je vais me prendre un inhibiteur de pompe à protons !

Ben oui, je suis prof, un feignant donc, qui si l’on écoute les éructations que relance la déesse au cents bouches, tout comme les fonctionnaires, les plombiers, les chauffeurs de taxi, les agriculteurs, les … Bref, hommage soit rendu à Pennac pour avoir si bien ourlé les contours du bouc-émissaire. Nous sommes tous des Benjamins Malaussène !

Quand les égouts débordent, les rats investissent la cité et leurs puces nous transmettrons bientôt cette peste noire qui fait voir en l’autre un profiteur, un étranger, un concurrent. Et nous nous écorchons à coup de mots mais aussi d’armes que nous dealeront nos semblables (?) qui auront su tirer parti de la situation.

On s’approche de novembre, j’ai un peu froid.

Quant au mois de mai, il y a des saisons où on n’a pas fini de se moucher.

Les ondes négatives cultivent les frissons dans les cuisines, ou quoi ?
Radio.jpeg

 

Comme vous avez bien pu le voir au fil des Croxels, les 11e RPPS ont été une belle occasion de faire glisser le stylet sur la glace de la tablette…

On en a fait un recueil, un album, un truc quoi !

En fait, j’en suis assez fier, une première édition papier des Croxels, personnellement, je dois avouer que je n’avais pas ça en tête… Et puis, Il y a eu d’aimables suggestions et des encouragements qui ont très largement contribué à faire avancer l’affaire.

Voilà donc, c’est en vente en ligne depuis quelques jours déjà.

En promo à 12€ ht >[là]

1ere de couv 20161020_101616.jpg

bonneteauPourtant, malgré un taux de suicide des enseignants 2.4 fois plus élevé que la moyenne des salariés (src : Senat.fr), il semble que les profs sont moins absents que la moyenne des salariés (src DGAFP), c’est dire que l’équation n’est pas sans paramètres.

Il faut dire par exemple que l’absence devrait logiquement impliquer le remplacement afin que les élèves aient cours, pour cela l’Éducation Nationale a créé des statuts spécifiques de remplaçants. Seulement voilà, le nombre de remplaçants  se réduit en peau de chagrin, pour de sacro-saintes raisons pseudo-économiques, alors il faut trouver des vacataires (au diable les scrupules en terme de qualité de remplacement!).

Sauf que, tout cela est bien gentil, mais dans notre beau pays où le taux de chômage chez les diplômés devient catastrophique, le métier devient tellement peu attractif que ceux qui se présentent aux concours ou pour faire des vacations commencent à se faire rare.

Eh oui, à force, il n’y a plus remplaçant et il n’est pas rare cette année que si la rentrée a eu lieu au 1er septembre, les remplacements des profs absents (depuis la rentrée, voire depuis l’année précédente) ne prennent effet qu’à partir des vacances de la Toussaint voire pire.

L’obligation légale du service public de limiter les non-remplacements à 15 jours devient progressivement, si personne ne dit rien, une tarte à la crème !

Un président avait supprimé plus de 80 000 postes, ce qui a gentiment aggravé les dysfonctionnements (oui le machin n’a jamais été parfait!!!) . Le suivant n’a même pas fait la promesse de corriger la bavure dans son intégralité. Pourtant, en son début de quinquennat, il pérorait avec son équipe de fier-à-bras que lui-président créerait 60 000 postes et qu’avec ça il fallait se prosterner devant ces véritables bienfaiteurs de l’humanité.

60 000 ! c’est bien loin du compte mais en plus quand on gratte un peu, on remarque que dans ce nombre fourre-tout, il y a des agents publics dont les qualifications et les fonctions sont certes bien utiles mais aussi bien différentes des fonctions d’enseignement ! (Assistant d’Education, CPE, administration, médico-social…)

Cerise sur le gâteau, il se trouve que la courbe de fréquentation des établissements est en forte hausse du fait de la démographie mais aussi des nouvelles missions attachées à  une école qui si elle ne règle pas tout les problèmes du monde est montrée du doigt par la déesse aux cents bouches.

Cependant, l’administration tente de masquer coûte que coûte les dérapages : difficultés à recruter, abaissement du niveau de recrutement (surtout pour les vacataires), conditions de travail et donc qualité d’enseignement en berne… Le dénie systématique poussé dans des retranchements abracadabrantesques, quitte à se cacher derrière leur petit doigt et à ne répondre qu’aux injonctions formelles avec une langue en chêne massif voire en palissandre plaqué or !

Moralité : moins ça marche, plus il faut tout faire pour que ça ne marche pas, comme ça on pourra gloser sur les ratés des acteurs de terrains, remettant en cause leurs qualités professionnelles, voire personnelles afin de prendre acte qu’il est certainement possible de faire des économie dans tout ce gâchis.

En termes clairs, on n’a pas fini d’attendre Godot et les élèves auront se qu’ils méritent???

aujourd’hui, 1er octobre, 8 jours sont passés, il n’y a toujours pas de propositions de remplacement…

Voici couverture-ebookdonc quelques Croxels qui ont été réalisés à l’occasion des 11e RPPS du 29 juin au 1er juillet.

Merci encore à tous et toutes pour l’accueil, la convivialité et le confort de travail.

Un recueil a été édité, il est disponible en passant par l’Association des Psychologues de l’Éducation Nationale de la Vienne (ADPEN-86) (pour les adhérents) ou directement chez l’éditeur.

 

Vous trouverez ci-dessous un aperçu des travaux…

Reve admin_0Bon, aujourd’hui, je fais du tri !

Non, je ne ne me lance pas dans une thèse, ni dans une thérapie mais je restructure les infos sur le site.

Je profite de la parution du minimémo du Snesup pour replublier quelques Croxels… Avec l’emballage perso qui va bien.

dont acte…

32 pages dont 6 illustrées par mézigue !

32 pages dont 6 illustrées par mézigue !

Tu fais quoi en ce moment? Oooooh depuis ces « n » dernières années, je passe mes jours et mes nuits à peaufiner MA thèse !!! (arg !)

Question interdite, sinon soirée pourrite, voire amitié en berne pour un moment, ou encore obligation d’énormes efforts pour paraître intéressé, histoire de ne pas passer pour le con qu’on est ! (pas toujours facile d’assumer) : « De quoi qu’ça cause? »

Alain Resnay résume la situation de façon moins alambiquée (On connait la chanson) :

– Une thèse sur quoi ?
– Les chevaliers paysans de l’an 1000 au lac de Paladru.

– Ah, oui… c’est bien… c’est bien que quelqu’un en parle…

– Une thèse sur quoi ?
– Les chevaliers paysans de l’an 1000 au lac de Paladru.
– Mais… heu… il y a des gens que ça intéresse ?

– Non, personne…

En espérant qu’aucun copain ni aucune copine ne se retrouve dans ce dérapage, personnellement, je n’ai même pas essayé, alors !

Mais je ne me moque pas, je suis empathique !

Enfin, voilà, le « minimémo du Snesup » est tout frais, sorti de la presse, merci à Claire Bornais qui a eu l’idée de me solliciter pour que mes croX’ viennent colorer le propos.