Expositions & Ressources

Hier matin, les yeux un peu dans le vague, j’ai allumé la radio… Tiens, France Inter, bon, je prends, passent les nouvelles où les odeurs de religions économiques et de langue de bois envoyées à un rythme soutenu… Tout ça parait peu réel et peu compatible avec une mise en route des neurones un peu embuées, j’allais donc éteindre, quand j’entends qu’un certains ancien Président sera l’invité dans quelques minutes. OK, plus d’hésitation, je coupe.

En fin de journée, les relents de ce qu’à vomis l’ex remontent avec insistance dans les différents médias. Je crois que je vais me prendre un inhibiteur de pompe à protons !

Ben oui, je suis prof, un feignant donc, qui si l’on écoute les éructations que relance la déesse au cents bouches, tout comme les fonctionnaires, les plombiers, les chauffeurs de taxi, les agriculteurs, les … Bref, hommage soit rendu à Pennac pour avoir si bien ourlé les contours du bouc-émissaire. Nous sommes tous des Benjamins Malaussène !

Quand les égouts débordent, les rats investissent la cité et leurs puces nous transmettrons bientôt cette peste noire qui fait voir en l’autre un profiteur, un étranger, un concurrent. Et nous nous écorchons à coup de mots mais aussi d’armes que nous dealeront nos semblables (?) qui auront su tirer parti de la situation.

On s’approche de novembre, j’ai un peu froid.

Quant au mois de mai, il y a des saisons où on n’a pas fini de se moucher.

Les ondes négatives cultivent les frissons dans les cuisines, ou quoi ?
Radio.jpeg